Primer: Small Modular Nuclear Reactors (SMRs)

L’investissement du Canada dans les « petits réacteurs modulaires » : Un détournement de la crise climatique !

La version française suit la version anglaise

A dangerous distraction from real climate action in Canada

The Issue

The recently released “SMR Action Plan” by Natural Resources Minister Seamus O’Regan signals Canada’s intention to invest in small modular reactors (SMRs), touting them as a form of “clean energy” and a solution to climate change. In response, 30+ public interest organizations from across Canada have criticized the federal government for supporting this theoretical, yet-to-be tested nuclear reactor design. These nuclear reactors, ranging in size from 1MW to 300MW of electricity, are proposed for demonstration in Ontario and New Brunswick, and future commercial use in off-grid, Indigenous communities in Canada, and for resource extraction projects like the Ring of Fire mining in Ontario and the tar sands in Alberta.

The UN has warned we have just 10 years to get climate change and our greenhouse gas emissions under control. If we invest in a technology that will not even have a demonstration reactor ready until the 2030s, we will miss this narrow 10-year window to limit climate change and decarbonize. SMRs are a distraction from the urgent work needed to respond to the climate emergency.

The Problem

1. SMRs are expensive and commercially unviable
SMRs are the nuclear industry’s latest attempt to deliver on its promise of cheap energy but global experts conclude there are “few signs” hinting at an SMR breakthrough. Why? Because of delays, poor economics, and the increased availability of low-carbon alternatives in comparison to cost-plagued nuclear technology. Over the last five years, the cost of nuclear has risen over 50 percent, while renewables have now become the cheapest of any type of power generation. The cost-competitiveness of SMRs depends on their mass production. Thus, to be economically viable, most of the proposed SMR designs (of which there are 50 globally and many under review in Canada) would require hundreds if not thousands to be deployed. Even then, studies report the cost of SMRs is over ten times greater than hybrid, or mixed, energy generation alternatives. What’s more, it’s been found that nuclear and renewables “don’t mix” since large-scale investment in nuclear power risks suppressing the greater and more immediate climate benefits of renewables.

2. SMRs are not immune from accidents
All nuclear facilities, including SMRs, can experience severe accidents causing widespread and long-lived contamination. For instance, the High Temperature Gas Cooled Reactor (HTGR) – the kind of small nuclear reactor furthest along review by Canada’s nuclear safety regulator – could undergo severe accidents if water or air get into the core; such accidents could result in radioactive materials being released into the environment. This type of reactor also has a history of poor performance and persistent problems. Other SMR designs require “reprocessing” existing high-level waste to make new fuel for the new reactors, a process that has caused widespread environmental contamination in other countries. History suggests we cannot take the industry’s promises of safety at face value: accidents are a real possibility.

3. SMRs are not clean energy and its waste burdens future generations
If we are serious about climate action and the timescale that requires, we cannot ignore the long-lived environmental, health and nuclear weapons risk that accompanying SMRs and the future generational burdens this creates. For these same reasons, nuclear energy has been excluded from the EU’s post-COVID just transition recovery plan. This is not only an environmental issue but also an ethical one: SMR wastes will also have higher concentrations of radiation and the SMR designs that claim to “burn up” existing radioactive waste will create new, even more toxic waste streams. Leaving the oversight and responsibility of our nuclear waste to future generations is neither equitable nor sustainable. After 50 years of nuclear energy production in Canada, the nuclear industry is still decades away from a permanent facility for Canada’s radioactive waste stockpiles. In addition, our existing plans were not designed for the wastes that will be produced by some of the SMR designs, such as the HTGR proposed for construction in Ontario.

4. SMRs rely on enriched uranium that can be used to make nuclear weapons
All the proposed small nuclear reactor designs would use some form of enriched fuel, unlike the existing fleet of CANDU reactors, and some SMRs propose to create enriched fuel from irradiated (spent) CANDU fuel. It is easier to convert such enriched fuel into material that can be used to make bombs as compared to the natural (un-enriched) fuel used in CANDU reactors. Building SMRs in remote and rural regions would also mean increased transport of radioactive loads on roads and railways across the country. This poses unique proliferation risks since the enriched fuels contain plutonium that could be diverted to malicious purposes. Military-level security will be required to safeguard fuel transportation and storage, raising additional concerns about civil liberties for Canadians living near SMRs.

5. SMRs are exempt from Canada’s foremost environmental assessment law
Even though wind and solar farms must undergo federal or provincial environmental assessments, small nuclear reactors are exempted from Canada’s federal environmental assessment (EA) law, the Impact Assessment Act, because the reactors designs don’t meet the 200MW threshold for review. Environmental assessments ensure a “look before you leap” approach, and an upfront public review of the ecological, socioeconomic and cultural impacts of a proposed project. More narrowly framed, regulatory hearings before Canada’s nuclear safety regulator are not a stand-in for EAs, which give the public a chance to be meaningfully informed and consulted before a decision is made. The exclusion of small nuclear reactors from Canada’s Impact Assessment Act deprives the public, including Indigenous peoples, of an opportunity to weigh in on the need for the project, its purpose, and potential alternatives.

The Solution

SMR technology provides too little, too late, with too many risks. Instead of investing in SMRS, Canada should support renewable generation technologies which are socially acceptable, cost effective and scalable now.

________________________________________

This information was produced in November 2020 by a network of civil society organizations across Canada.
For more information, visit the Canadian Environmental Law Association: https://cela.ca

Download in PDF: EN-SMR-Primer

L’investissement du Canada dans les « petits réacteurs modulaires » : Un détournement de la crise climatique!

L’enjeu

Ottawa veut investir des dizaines de millions $ dans la conception de de nouveaux réacteurs nucléaires. Le discours du Trône du gouvernement Trudeau et les annonces du ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, présentent ces « petits réacteurs modulaires » (PRM) comme une source d’énergie « propre » et une solution à la crise climatique. Une trentaine d’organismes de toutes les régions du Canada ont aussitôt reproché au gouvernement fédéral de miser sur des réacteurs nucléaires théoriques, qui n’ont pas fait leurs preuves.
Ces futurs réacteurs nucléaires auraient une puissance électrique très variable (entre 1 et 300 mégawatts). On prévoit les utiliser dans des communautés coupées du réseau électrique et pour alimenter des projets industriels comme les mines du Cercle de Feu de l’Ontario ou les sables bitumineux de l’Alberta.

Selon l’ONU, il nous reste à peine 10 ans pour maîtriser la crise climatique et nos gaz à effet de serre. Cette fenêtre se sera refermée avant que nous ayons un premier réacteur modulaire, au début des années 2030. Les PRM ne sont qu’une distraction par rapport au travail urgent qu’exige la crise climatique.

Le problème

1. Trop coûteux pour être viables
Une fois de plus, l’industrie nucléaire nous fait miroiter une production d’énergie bon marché mais il y a peu d’indices qui laissent croire à une percée majeure des PRM, à cause de leurs délais de mise en œuvre, de leurs difficultés économiques et de la disponibilité d’énergies renouvelables à bas prix, disent les experts internationaux. Le coût de l’énergie nucléaire a augmenté de moitié depuis cinq ans, tandis que les énergies renouvelables devenaient moins chères que toute autre forme d‘énergie. L’industrie nucléaire prétend que les PRM seront économiques parce qu’ils seront assemblés à partir de modules standardisés produits en série dans des usines. Mais pour être viables, il faudrait les produire à des centaines ou même à des milliers d’exemplaires. Cela, alors qu’une cinquantaine de modèles différents se font compétition dans le monde. Au moins cinq d’entre eux sont présentement à l’étude au Canada. Et même avec une production en grande série, les études indiquent que le coût des PRM sera au moins dix fois plus élevé que les alternatives hybrides de production d’énergie (vent et batteries, par exemple).
Pire encore, on a constaté que le nucléaire et les énergies renouvelables « ne se mélangent pas » ; les investissements massifs dans l’énergie nucléaire nous détournent des énergies renouvelables qui procureraient des bénéfices climatiques bien plus substantiels et plus immédiats.

2. Des accidents toujours possibles
Comme toute autre installation nucléaire, les PRM peuvent subir des accidents graves qui provoqueront une contamination généralisée et à long terme. Dans le cas d’un réacteur à haute température refroidi au gaz par exemple (un HTGR, le type de PRM dont l’examen a le plus progressé auprès de la Commission canadienne de sûreté nucléaire), il suffirait que de l’eau ou l’air pénètre dans le cœur du réacteur pour déclencher un accident grave qui libérerait des matières radioactives dans notre environnement. Les rares réacteurs de ce type qui ont été construits dans le passé ont tous connu de mauvaises performances et des problèmes persistants. D’autres modèles de PRM nous obligeraient à « retraiter » le combustible irradié des centrales actuelles afin de fabriquer le nouveau combustible dont ils auront besoin. Le retraitement du vieux combustible extrêmement radioactif a provoqué une contamination environnementale généralisée dans tous les pays qui ont tenté l’aventure. L’histoire nous enseigne qu’en matière de sécurité, on ne peut pas accepter les promesses de l’industrie les yeux fermés. Les accidents sont toujours possibles.

3. Une énergie sale et des déchets durables
L’urgence de l’action climatique ne doit pas faire oublier les risques environnementaux, sanitaires et de prolifération atomique qui accompagnent les PRM ni les fardeaux qu’ils imposent aux générations futures. C’est pourquoi l’Union Européenne a exclu l’énergie nucléaire de son plan de relance post-COVID. C’est une question éthique : les déchets des PRM seront plus radioactifs que ceux des réacteurs actuels et même les modèles de PRM qui devraient « brûler » les déchets radioactifs actuels produiront en fin de compte des déchets radioactifs encore plus toxiques. Il n’est ni équitable ni durable de confier la surveillance et la responsabilité de nos déchets radioactifs aux générations futures. Après 50 ans de production d’énergie nucléaire au Canada, l’industrie nucléaire nous demande d’attendre encore des décennies avant d’avoir un premier site d’entreposage permanent pour nos déchets radioactifs. Et encore, leur projet actuel n’a pas été conçu pour recevoir les déchets inédits des PRM, comme le futur HTGR en Ontario.

4. Un combustible qui peut servir à fabriquer des armes atomiques
Tous les modèles de petits réacteurs nucléaires utiliseraient du combustible enrichi, contrairement à notre parc de réacteurs CANDU. Certains PRM nous obligeraient à récupérer le plutonium présent dans le vieux combustible CANDU irradié. Il sera bien plus facile de fabriquer des bombes atomiques avec ce plutonium ou avec ce combustible enrichi que ce ne l’est avec le combustible actuel des réacteurs CANDU qui n’est ni enrichi ni retraité. La construction de PRM dans les régions sauvages et isolées nous obligerait à transporter des cargaisons radioactives sur toutes le routes et les chemins de fer du pays. Cela crée un risque de prolifération inédit puisque le combustible riche en plutonium pourrait être détourné à des fins malveillantes. Il faudra assurer une sécurité militaire pour le transport et l’entreposage du combustible et des déchets. Cela pourrait restreindre les libertés civiles des Canadiens qui vivent près d’un PRM.

5. Une exception à la Loi sur l’évaluation d’impact
Contrairement aux parcs éoliens et solaires qui doivent faire l’objet d’évaluations environnementales fédérales ou provinciales, les petits réacteurs nucléaires échappent à la loi canadienne sur l’évaluation d’impact parce que leur puissance sera généralement inférieure au seuil de 200 MW prévu à la loi. Les évaluations environnementales nous obligent à « regarder avant de sauter » et à tenir d’abord un débat public sur les impacts écologiques, socioéconomiques et culturels d’un projet. Au contraire, les audiences publiques de la Commission canadienne de sûreté nucléaire ont une perspective plus étroite et ne permettent pas au public d’être informé et consulté de manière aussi significative avant la décision finale. L’exclusion des petits réacteurs nucléaires de la Loi sur l’évaluation d’impact empêche le public et les peuples autochtones d’examiner la nécessité d’un projet, son objectif et les solutions de rechange possibles.

La solution

Les petits réacteurs modulaires nous offrent trop peu, trop tard, avec trop de risques. Au lieu d’investir dans les PRM, le Canada doit investir dans les énergies renouvelables : elles sont acceptables, rentables et déjà disponibles, aujourd’hui.

Cette fiche d’information a été élaborée en novembre 2020 par un réseau canadien d’organisations citoyennes. L’adaptation française a été faite par le Ralliement contre la pollution radioactive.
Pour plus d’informations, communiquez avec la Canadian Environmental Law Association : https://cela.ca

Télécharger en format PDF: FR-Le-dossier-PRM